Les arts antiques dans les civilisations orientales anciennes

Les arts antiques

Les arts antiques représentent l’empreinte laissée dans l’histoire par les grandes civilisations de l’antiquité notamment celles de la Méditerranée et du Proche-Orient : les cultures de Mésopotamie, l’actuel Irak et d’Egypte en sont les plus anciennes. Elles précèdent l’éclosion de la culture grecque puis l’avènement de la République romaine.

Ces civilisations orientales anciennes ont profondément marquées les arts antiques. Nous les connaissons plutôt bien car elles ont laissé des écrits de nature variée qui ont posé le socle du monde moderne en littérature, philosophie, droit et sciences. L’Antiquité prend fin avec le déclin puis la disparition de l’Empire romain d’Occident, à la fin du Ve siècle de notre ère. Dans aucune autre civilisation, l’art et la religion sont aussi liés que dans la culture égyptienne. L’art antique égyptien a été profondément façonné dès l’Ancien Empire par les croyances religieuses. En effet, la pyramide n’est que la demeure d’un mort auguste qu’il faut soustraire à toutes les formes de destruction ou de profanation afin de lui garantir une seconde vie. Les tombeaux des premières dynasties sont « la maison éternelle », c’est « la bonne demeure » où le mort est chez lui, entouré d’images joyeuses, de représentations familières, société vivante, dont les actes figurés lui garantissent l’accomplissement de toutes les cérémonies prescrites, comme de toutes les œuvres reproduites sur les parois de la chambre mortuaire. La production de statuettes a largement marqué cette période. Les Phéniciens propagèrent leur culture là où ni les où ni les Egyptiens ni les Assyriens n’avaient pénétré, les formes de l’art des bords du Nil et de la vallée de l’Euphrate. Pour eux, les objets d’art n’étaient qu’un simple produit de commerce. Ils empruntèrent tour à tour ou simultanément leurs modèles à l’Egypte ou à l’Assyrie, sans apporter de marque culturelle particulière mais c’est grâce à eux que l’Occident entra en rapport avec l’Orient. Les images religieuses qu’ils exportaient avec les produits du commerce et de l’art, céramiques, orfèvrerie, étoffes, devinrent entre leurs mains, sous le souffle de la culture grecque, les dieux immortels de l’Olympe hellénique. En Syrie, en Judée, on retrouve également leur influence. Ils fournissent à Salomon , des artistes, des ouvriers et des matériaux pour le temple de Jérusalem; ils fondent à Chypre, en Crète, à Rhodes, dans les Cyclades, en Argolide, sur les côtes du Péloponnèse, à Cythère, sur la côte d’Afrique, à Utique, à Carthage des foyers de civilisation.